Avec le papier qui est longtemps demeuré sa matière de prédilection, Ghislaine Portalis a développé une grande variété d’oeuvres dont les intentions étaient avant tout formelles. Depuis 1997 de façon discrète, la narration s’est introduite dans ses productions qui, subrepticement sont devenues des propositions. Tout en conservant sa matière favorite, les formes déployées se sont condensées en des séries d’objets exclusivement roses et que des accessoires de l’intimité féminine métamorphosent en de suggestifs et ambigus "outils" ou "trophées". Les incertitudes de leur origine et leur identification délicate en font d’insolites qui irradient des ondes suspectes. Des repas libertains aux plaisirs champêtres, Ghislaine Portalis conduit habilement sa métamorphose dans les raffinemenents du XVIIIème siécle que généreusement, elle revivifie pour notre plaisir.

Texte de Gérard Lapalus, "La nostalgie du Futur", extrait du catalogue, "Faux Mouvement", Centre d’art contemporain, Metz.